Le 13 avril 2019

à 20h30

Lieu : Centre Ratel


One Man Show– tout public à partir de 12 ans – Durée 1h20

Programmé dans le cadre du festival « LE RIRE SOLEIL » soutenu par Versailles Grand Parc.

De la petite enfance au troisième âge, Michaël Hirsch suit le parcours d’un personnage qui s’interroge en permanence sur le monde qui l’entoure : comment trouver le sens de sa vie ? L’amour ? Le sommeil ? Et dans quel ordre ?

Ce seul en scène nous convie à un réjouissant voyage existentiel d’où émane une subtile impertinence. On y découvre une attachante galerie de portraits drôles, tendres, et décalés. Michaël Hirsch jongle avec les mots et nous entraîne dans son univers insolite où le rire et la dérision côtoient l’imaginaire et la poésie.

Jusqu’à l’âge de 16 ans, Michaël Hirsch est un élève plus que contrarié avec la langue française, l’orthographe et la lecture. C’est alors qu’il a une véritable révélation en découvrant Raymond Devos à la télévision. Grâce à lui, il prend conscience de la beauté de la langue française, de son caractère ludique et de là nait son goût irrépressible des mots et sa passion de raconter des histoires. À présent auteur, comédien et humoriste, il connaît le succès depuis 2014 avec son premier spectacle POURQUOI ? à Paris, au festival d’Avignon et en tournée dans toute la France. En 2016, ses chroniques vidéo, Lettre ou ne pas Lettre, sont remarquées par le Huffington Post qui décide de les publier
chaque semaine. En 2017, le livre compilant ses Lettres paraît chez Plon. Depuis septembre 2017, il tient une chronique hebdomadaire dans la matinale d’Europe1.
« Un dicton prétend qu’aucune rencontre n’arrive par hasard, et c’est exactement ce que j’ai pensé lorsque j’ai croisé Michaël Hirsch sur ma route, il y a trois ans. J’ai eu un coup de cœur immédiat pour son univers, la virtuosité de son humour, son ironie tendre, sa poésie humaniste, et nous nous sommes vite mis à collaborer sur POURQUOI ? , et Lettre ou ne pas Lettre.
La pièce présentée dans l’écrin du Studio des Champs Elysées est une toute nouvelle version du spectacle. Nous avons abandonné certains tableaux pour en créer de nouveaux, la scénographie a été réinventée, la bande sonore enrichie, les textes aiguisés, les mouvements et le jeu précisés, et de nouveaux personnages sont apparus. Le défi était pour nous d’essayer de franchir un nouveau palier dans toutes les dimensions du spectacle, son esthétique, sa drôlerie, sa folie, sa singularité, sa fraîcheur. Au final, l’objectif est que ce seul en scène soit vécu comme une sorte de parenthèse
enchantée, avec son univers bien à part, personnel mais accessible, et développant un humour – un peu à la manière des films de Woody Allen – qui rendent un tout petit peu plus intelligent, un tout petit peu plus conscient, un tout petit peu plus aimant…
Et si c’était le cas, ce serait déjà beaucoup ! » Ivan Calbérac – metteur en scène.

 

« C’est fin, c’est drôle, c’est intelligent. Et ça fait du bien!» Télérama TT
« Un petit prince du verbe. Rare donc précieux. » À Nous Paris
« Jubilatoire (…) Un final inoubliable. » Le Monde.fr
« Digne petit-fils de Raymond Devos et Desproges. » Le Figaro

https://www.michaelhirsch.fr

 

Partager cette page sur :