Au quotidien

Publié le vendredi 27 avril 2018

Le moustique tigre (Aedes albopictus) est un moustique originaire d’Asie, de petite taille, noir avec des rayures blanches sur l’abdomen et les pattes. Il est urbain, vit proche de l’homme, dans des gîtes anthropiques (soucoupe d’eau, eau stagnante, …).

Il s’est implanté en France hexagonale au début des années 1990. Depuis, il n’a cessé d’étendre son territoire de colonisation, du sud vers le nord. Au début des années 2000, celui-ci a été repéré en Île-de-France, et y est maintenant installé, dans la majorité des départements franciliens.

On considère que ce moustique est installé depuis environ trois ans en Essonne au regard des prospections mises en oeuvre suite à des signalements citoyens et du contrôle du réseau de pièges pondoirs installés dans le département.

Celui-ci est vecteur de maladies (arboviroses) telles que le chikungunya, la Dengue ou le Zika. Cependant, une présence avérée de moustiques ne signifie pas une augmentation de cas de maladies, mais une augmentation du risque de circulation des virus.

COMMENT LUTTER CONTRE SA PROLIFÉRATION

Afin de lutter contre la dissémination de ces arboviroses, le Ministère en charge de la santé a élaboré un plan de lutte en cinq niveaux. Les deux premiers niveaux (0a ou b, 1) prennent en compte la surveillance entomologique (développement du moustique), alors que les niveaux 2 à 5 prennent en compte la surveillance épidémiologique (circulation du virus). Ce plan prévoit une vigilance renforcée en métropole du 1er mai au 30 novembre. Cela signifie que les pièges pondoirs sont surveillés à une fréquence plus élevée.
Le département de l’Essonne est en niveau 0b, ce qui signifie que le moustique est présent mais non actif. Pour information, les départements voisins des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne sont en niveau 1 depuis respectivement 2016 et 2018.

Afin de maintenir un niveau 0 et de prévenir une éventuelle expansion de la zone colonisée, un certain nombre de mesures citoyennes peuvent être mises en place :

  • suppression des points d’eau stagnante, afin de supprimer les sites pouvant devenir des gîtes larvaires ou les recouvrir d’un moustiquaire adéquate.
  • signalement citoyen via la plateforme internet http://www.signalement-moustique.fr sont les deux mesures phares de prévention et de détection du moustique tigre.

Comment se protéger des piqûres ?

Pour éviter de me faire piquer :

  • J’applique sur ma peau des produits antimoustiques, surtout la journée. Je demande conseil à mon médecin ou mon pharmacien avant toute utilisation, surtout en ce qui concerne les enfants et les femmes enceintes.
  • Je porte des vêtements couvrants et amples.
  • Les bébés peuvent dormir sous une moustiquaire imprégnée.
  • J’utilise des diffuseurs d’insecticides à l’intérieur et des serpentins à l’extérieur.
  • Si besoin et si j’en dispose, j’allume la climatisation : les moustiques fuient les endroits frais.

Pour plus d’information :
www.sante.gouv.fr

www.invs.sante.fr

>> Documentation de l’ARS  moustique_tigre_ars

Partager cette page sur :